Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Halte aux idées reçues

C’est en faisant mes courses à Carrefour que je suis tombée sur le petit magazine Vie pratique Santé.
Vous savez juste au-dessus des chewing-gum, Kinder, Mentos et autre douceurs qui vous font les yeux doux à la caisse.
Et si je sais résister à l’appel du sucré, j’avoue que très souvent je me laisse aller à celui des mots en prenant celui sur la cuisine (car oui je suis une excellent cuisinière…de là à dire que je suis parfaite il n’y a qu’un mot que vous êtes en droit d’ajouter en commentaire…^^).
Hors là, que ne vois-je en titre rose flashy « BIEN DORMIR SANS MEDICAMENTS, les nouveaux traitements efficaces ».

Alors, je me concentre sur mes courses en me disant « tu peux résister » (Parce que oui c'est vrai que quand il s'agit du boulot je suis un peu obsessionelle). medium_admirable_design_caisse.jpg
Mais à force de jeter des coups d’œil, mon copain finit par me demander ce qu’il y a (parce que oui j’avoue, je suis trop petite pour atteindre le rayon…) et moi de dire « Hmm ben peut être que j’aurai matière à écrire un article pour mon boulot… ». Et là grand seigneur, il l’attrape et me le tends.

Et je vous le confirme, j’aurai matière à vous faire pas un mais plusieurs articles !!

Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai décidé de laisser le travail d’investigation (parce que oui oui je fais de longues recherches avant chaque article !) pour réagir au paragraphe traitant de la literie.

Il y a en effet plusieurs idées reçues que nous cherchons désespérément à combattre.

Parce qu’il faut bien vous dire que kinésithérapeutes, docteurs et fabricants de literie ne sont pas toujours d’accord.

J'ouvre le magazine, parcours l'article et premier bond en l'air :

« Les spécialistes conseillent un lit assez ferme pour éviter de mettre à mal la colonne vertébrale »

Arghgrrr… Si vous saviez le nombre de fois que j’ai entendu des clients me dire « il me faut un matelas dur, un bien ferme pour mon dos ! » et ne pas vouloir en démordre.

Ecoute-moi bien jeune (ou moins jeune) dormeur, cette idée là il est temps de la mettre au placard une bonne fois pour toute !

Dormir sur une planche à pain n’est pas bon pour le dos bien au contraire !

Il y a deux notions importantes et différentes : la fermeté qui est constituée en fonction de la densité de la matière pour les produits en mousse alvéolaire et le diamètre du fil d’acier pour les produits à ressorts.

On distingue 3 fermetés : mi-ferme, ferme, très ferme.

Et ce choix là ne se fait pas en fonction de vos préférences mais selon votre morphologie.

Ainsi un enfant ou une femme pesant moins de 50kgs idéalement choisira le plus souple alors qu’à l’inverse un rugbyman ou une personne excédant les 100 kgs se dirigera vers du très ferme.

Vous l’aurez donc compris, en règle générale on choisit du ferme. Les deux autres degrés sont bien spécifiques.

La seconde notion c’est le moelleux d’accueil où là, en effet, vous pourrez choisir son intensité.

Le moelleux se crée avec le garnissage qui est posé sur l'âme du matelas ( la mousse, le latex ou le ressort).
Il est le plus souvent composé de coton ou de laine selon les faces climatiques, mais peut également se parer de soie, de cashmere et autres matières nobles.

Le meilleur exemple que je connaisse pour vous faire comprendre est le suivant :

Prenez une chaise en bois. Vous vous installez, vous sentez que vous êtes bien soutenu mais vous trouvez ça un peu raide. Ajoutez un coussin plus ou moins moelleux…La chaise reste aussi ferme mais elle est plus accueillante. :)

Vous pouvez retrouvez des chouettes animations sur le site de Matelsom.

Il est vraiment important de choisir une fermeté adaptée parce que si vous choisissez un matelas très ferme alors que vous êtes un poids plume, votre dos restera cambré ne s’enfonçant pas suffisamment dans la matière et au fil du temps vous écoperez de vilaines courbatures. L’inverse est tout aussi vrai.

« Quand on dort à deux, on préférera des matelas indépendants car chacun bouge chaque nuit une quarantaine de fois, ce qui peut être gênant pour l’autre. »

En effet, nous bougeons beaucoup chaque nuit. Mais pourquoi se priver de la joie de dormir à deux alors que les fabricants ont optimisé l’indépendance de couchage sur de nombreuses technologies !

L’indépendance de couchage c’est justement la faculté d’un matelas à ne pas diffuser le mouvement sur sa surface mais à l’absorber de manière à ne pas gêner le sommeil de l’autre.

Celle qui le met à l’honneur et qui est une référence en la matière c’est le ressort ensaché car chaque ressort est indépendant, ce n’est pas une carcasse comme pour le biconique.

Mais ça mériterait un article à part alors je m'appesentirais pas.

Ce qui est à retenir c’est que la literie c’est une technologie de pointe qui évolue et se perfectionne. Il y a une solution pour chaque dormeur.


C’était deux petits points qui m’ont un peu fait sauter en l’air, et ça aurait été dommage que je n’ajoute pas mon grain de sel à l’histoire, non ? ;)

Commentaires

  • aaaaaaaaaaaah comme je suis contente de lire ça enfin!!
    parce que pendant trois ans j'ai dû supporter le futon de mon ex qui voulait absolument me faire rentrer dans le crâne qu'il n'y avait rien de tel pour le dos... rien de tel pour se la péter en deux ouais!
    moi, c'est le ferme, ni plus, ni moins. Cela dit je ne dit pas non à un peu de moelleux de temps en temps, quand au très ferme s'il n'y a rien d'autre ben je fais avec (je pourrais dormir dans une machine à laver quand je suis très fatiguée)
    mais alors dormir sur une couche de coton posée à même le sol non merci...
    à bas les futons et à bas les idées reçues!! (ouais, je suis une rebelle)

  • Moi j'aurais acheté les kinders, eux aussi ils sont moellleux et ferme à la fois:)

  • ouais mais le problème c'est qu'ils durent pas assez longtemps pour qu'on puisse dormir dessus ^^

  • Moi je peux dormir partout, sans avoir mal nulle part (chaise, transports en communs, par terre, sur le macadam...). Ca doit être le gras qui me donne la moëlleux ^^

  • Suny > Les futons ne sont pas adaptés à notre morphologie. En revanche, le fort extrait qu'exerce ce couchage a poussé de nombreux fabricants en ont réalisé à ressort, en mousse...Je ferai un article car c'est un sujet intéressant que tu soulèves.^^

    Ceucidit > Je vois que tu te serai laissé tenté par l'attrape client des caisses !!! ^^

    Suny > Merci de ton éclairage sur les kinder et le sommeil ! :)

    Pucine > Bienvenue sur ce blog !! S'endormir partout c'est uen chose mais dormir plusieurs nuits par terre je mise que le dos, entre autre, ne suivrait pas ! ^^

  • Mon matelas me file souvent mal au dos, et effectivement c'est un assez dur hem.......

    Celui que j'adorais, par contre, c'est le tout moelleux de chez le psy, quand je faisais mes séances de relaxation lol ! Rah ouais, je m'endormais nickel là-dedans ! :°)

    En tout cas, merci pour l'info Julie ! C'est clair que je fais aussi partie de ceux qui pensaient qu'il fallait un matelas dur.

Les commentaires sont fermés.