Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monstre sous le lit

Un lit c'est fait pour dormir. Pour faire de jolis rêves. Papa et Maman l'ont dit.

Mais quand la chambre est plongée dans le noir, l'imagination galope...Et si les grands ne les voient pas, les petits savent bien que sous le lit il y a un monstre. Un tout poilu avec de grandes dents...

Même que mami l'a dit, si on n’est pas sage le croque mitaine nous emportera...

 

Le croque mitaine, le loripète, le Ar Grec'hmitouarn figurent dans l’imagerie populaire. A croire que de tout temps, nos aïeux ont eu du mal à coucher les enfants pour avoir recours à de ces terribles menaces.

Par ailleurs, la peur du noir est une crainte ancestrale, elle remonte tout droit de cette période où l’homme ne maitrisait pas le feu, à la portée du prédateur. Être plongé dans l’obscurité, dans le sommeil, c’est être vulnérable à l’autre.

Nous n’avons plus à craindre l’attaque des bêtes sauvages mais la peur demeurant, elle s’incarne dans ennemis imaginaires. Le monstre, le fantôme nous nargue de son placard. a237aa184f70eecf9e6a017611a9c202.jpeg

Certains luttent activement en usant d’une veilleuse, d’autre se raisonnent ou bien cherchent protection dans la chaleur d’un compagnon nocturne.

Quand j’étais gamine, j’avais peur des ombres. Je croyais (okay j’avoue, je le crois toujours) qu’elles sortaient des objets, des coins des meubles et qu’elles nous voulaient du mal.

Je les regardais et je souffrais bien entendu de ne pas faire entendre raison à mes parents à ce sujet. Ces derniers en ayant assez d’être réveillés, décidèrent de me placer dans la chambre de ma sœur (qui en plein adolescence a adooooré cette idée). Les ombres étaient toujours là…Mais je m’étais mis en tête de protéger ma sœur puisqu’elle n’avait pas conscience du danger rôdant.

Et vous ? Un monstre sous le lit ? Une parade pour vous en protéger ?

Commentaires

  • Pour ma part, il y avait un énorme monstre sous mon lit avec un long bras qui essayait de m'attraper. Il n'a jamais réussi évidemment, j'étais "un poil" trop loin pour cela en m'endormant "scotché" contre le mur...

  • La veilleuse a toujours été là pour me rassurer durant mon enfance...car j'avais peur des ombres moi aussi, mais aussi qu'un vilain intru vienne dans ma chambre pour me kidnapper (oui c'est curieux, d'accooord)...mais j'étais sincèrement effrayé (au point de refuser de dormir seule...sauf qu'étant fille unique...c'était papa et maman qui étaient raviiiiiis de m'accueillir dans leur chambrée!!): c'était la cause d'une bonne dose d'imagination et surtout de tout le vu et le lu accumulés dans la journée qui germaient en mauvaises pensées cauchemardesques dans mon jeune esprit. Mais depuis j'ai dit au revoir au vilain monstre et plus besoin de parade: le rêve. ;))

  • J'ai jamais été tellement eu peur, ou vraiment lorsque j'étais tout petit, mais ça ne m'a jamais effrayé plus que ça!

  • Style Ancien > Mais quel plaisir de te lire ici !! :)) Le monstre sous le lit...C'était pas ton frère ? :p

    EmilieG > Kidnapper...Je crois que j'ai jamais eu peur des "humains" sur ec plan. Mais vraiment de créatures contre lesquelles même mes parents ne pourraient rien faire.

    Ceucidit > Ouaaaah le Mojito, il était vraiment vraiment chargé !! :p

  • Pour ma part, rien sous le lit ou si peu... Non non moi monstres, fantomes et autres curiosité étaient dans le placard en face de mon lit !! J'étais juste terrorisée et me racaontait des tonnes d'histoires sur les monstres en questions. Parade ?? Je ne m'en rappelle plus ! Sauf que pré ado, après avoir lu Ca de Stephen King et avoir vu Polstergeist avec cette gamine qui disparait dans son placard... Ca a ravivé mes peurs enfantines !

  • hm... et moi... je comptais les moutons pour dormir entre les pluches qui parlaient...

  • Coucou Julie !

    En ce qui me concerne, Maman laissait la porte entrouverte, avec la lumière allumée dans l'entrée, et le trait de lumière qui s'étalait sur la frisette me faisait penser à un dragon...

    Par terre, il y avait également des crocodiles...

    Du coup, dès qu'une de mes peluches tombait, je m'empressais de la ramasser : d'un côté pour qu'elle ne se fasse pas attraper, et de l'autre, pour éviter aussi que la bestiole me mange la main !

    Chez les grands-parents, c'était encore autre chose.

    Les murs ont des tapisseries avec des scènes de personnages dans la campagne, au pied des arbres. Dans la semi-obscurité (la lumière venant des rues filtrait à travers les persiennes), ces scènes prenaient des formes qui me faisaient peur.... là encore, des formes de dragons, ou bien de visages noirs....... Sans compter ce qui pouvait se cacher derrière l'armoire !!...

  • Pour moi, le lit est un allié. Le monstre n'est pas sous le lit, au contraire, sous le lit, j'ai toujours pensé que je pourrais me cacher pour échapper à un intru.
    Dans Kill Bill, toute petite, Oren Ishii échappe à la mort en se réfugiant sous son lit. Elle utilisera quelques années plus tard la même stratégie pour éliminer deux molosses qui lui tirent dessus... Je vous invite à revoir ce superbe passage (âme sensibles, s'abstenir) :
    http://www.youtube.com/watch?v=3lQKr7GXZ-E

  • Manou > Je fermais toujours les portes de la penderie sinon impossible de dormir...
    Et je reconnais qu'il y a certains livres que je ne lisais pas le soir.

    Nikaly > Tant qu'elles ne faisaient que parler le plus courtoisement du monde.... ;)

    Aurélie > (Enfin te voilà) Les crocodiles...Souvenir souvenir. J'avais la même terreur et selon l'affection que je portais à la peluche, je sauvais ou non le malheureux qui étaient tombés.

    Grand Chef > Je ne vous aurez pas imaginé fan de Kill Bill...Comme quoi avec ce blog on en apprend beaucoup. :)

  • Des fois y'a des moutons sous mon lit, mais je les combat avec l'aspirateur:)

  • Oui c'est vrai. Meme que moi quand j'etais petit , j'entendai les pas de la poupée chucky qui marchait dans le couloir.
    Tous les soirs je fermais les portes regardais dans les armoires et sous le lit.
    Desfois j'ai encore quelques flips mais bon je me dis "quel monstre oserait s'attaquer à un gros bébé rugbyman de 1m83 pour 88kg" quoique bigfoot est peut etre plus costaud non qu'est que t'en dit?

  • Ah les poupées...Moi aussi.
    Mais je flippais surtout des poupées en porcelaine que je trouvais plus vicieuses que les autres. (si y a un psy dans le lectorat...)

  • Moi, je me planquais sous 3 oreillers, la tête contre le mur, à n'en plus respirer...
    et si je n'étais pas endormie quand mes parents montaient se coucher (a l'étage), je montais dormir avec eux...
    J'en garde un très mauvais souvenir !
    Mon ptit bout, par contre, bizarrement, demande à ce qu'on eteigne les lumières. Même celle de l'entrée !
    J'ai du mal à comprendre ce qu'il se passe dans la tête d'un enfant, quand on voit tant de différence de réaction...
    ;-)

  • C'est vrai qu'ayant également eu peur du noir, je crois que cette requête me surprendrait.
    Ce qui me pousse à me demander si y a pas un risque certain pour transmetter ses phobies...Enfin quand on lit ton commentaire, c'est visiblement pas le cas avec ton fils !! :)

Les commentaires sont fermés.