Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Faire chambre à part

ae831f1b45fc4c76535ef2f891c1db92.gifIl y a quelques mois, j'avais laissé un appel à témoin concernant le thème "Faire chambre à part". Je voulais éviter de tomber dans les idées reçues et espérais à travers l'expérience de certains dormeurs, apporter une nouvelle vision.

Car il faut bien dire que ce sujet reste relativement tabou. Il ne fait pas les choux gras des talks show à la "ça se discute". Il n'est pas non plus au cœur des ouvrages sur le sommeil.

Lorsqu'on parle de faire chambre à part, immanquablement on pense qu'il y a un problème dans le couple. Ou alors, on s'imagine que le couple est âgé, que monsieur ronfle peut être un peu trop fort ou que madame est une insomniaque notoire. Dans tout les cas, on en revient au même c'est une solution à un problème.

Aussi mes échanges par e-mail avec Eric m'ont ouvert une porte sur un chemin que je n'aurai pas forcément choisi si je m'étais dirigée seule sur ce sujet. Ce qui a découlé de notre entretien que j'ai choisi de vous livrer tel quel ci-dessous, c'est bien que ce choix peut être fait par amour.

Aimer l'autre pour son mystère, son individualité. Aimer le retrouver et accepter de s'en séparer l'espace de quelques nuits. L'aimer suffisamment pour préférer ne pas se battre en vain avec lui. La chambre prend des allures de jardin secret et y inviter l'autre redonne à la nuit une dimension sensuelle, tendre que le quotidien peut effriter malgré tout.

Eric est le seul à m'avoir répondu. Si on ne peut sûrement pas généraliser son expérience, je crois simplement qu'il m'a permis de comprendre que dormir c'est comme aimer : il y a mille façons de le faire. A chacun de trouver la sienne. 

Aussi je ne vous parlerai pas des problèmes qui peuvent vous pousser à faire chambre à part, mais du choix que cela peut être. Un choix heureux.

Merci encore à Eric pour ces mots.

 

Dans quel optique avez vous décidé de ne pas dormir dans le même lit ? (confort, sentiment, religion, incompatibilité etc.)

Plutôt confort et incompatibilité. Il m'arrive souvent d'avoir le sentiment de : "ne pas avoir envie de dormir ensemble". D'être tranquille dans mon lit sans personne qui remue à coté. D'autres fois c'est plus clair : on s'est énervés l'un contre l'autre et là pas question de partager le lit, on passerait la nuit à se battre !

Dans le premier cas, ce n'est pas toujours réciproque, et un de nous deux doit se sacrifier. Dans le second on est bien content d'être chacun de notre coté. Si on est "trop ensemble" pendant quelques jours, alors on essaie de moins se voir, et là il est naturel pour nous de ne pas dormir ensemble. Dans ces cas là, après une ou deux nuits séparées, on est vraiment heureux de dormir de nouveau dans le même lit.

Depuis quand avez vous choisi cette pratique ?

Elle s'est fait très vite sentir. On est un couple très fusionnel, et pas seulement durant les 15 premiers jours. (J'ai rencontré mon épouse en Aout 99 et on s'est marié en Juillet 2001). Mais cette fusion n'est pas destructrice car nous nous aménageons des "fenêtres" où nous nous voyons moins. Durant ces périodes, même le fait de travailler durant la journée chacun de son coté, et donc de ne pas nous voir, ne suffit pas toujours. Je dois préciser que ces périodes sont espacées de quelques semaines (de deux à quatre en général). En été lors de période de grosse chaleur elles sont plus rapprochées. C'est pour ça que je me demandais si j'étais apte pour ta recherche.


Comment la vis-tu au quotidien ?

TRES BIEN !! Je suis plus demandeur de solitude que ma femme.
Et j'aime ce rythme ensemble - pas ensemble. Il est très nourrissant pour moi. Je vis plutôt mal les périodes de séparation dues à des crises de colère. Mais je dois reconnaitre qu'elles sont toutes aussi nourrissantes.


En parlez vous avec votre entourage ? Comment est-ce perçu ?

Oui, il nous arrive même de le faire exprès pour voir la réaction des gens. Si on se chamaille pour rire dans une soirée, on dit par exemple "Ce soir tu dors toute seule". Il nous arrive aussi d'en parler tout à fait sérieusement, et il vrai que notre entourage semble alors assez étonné. Mais la plupart reconnait vite que c'est une bonne idée. J'ignore s'ils la mettent en pratique.

Apparemment votre entourage semble bien le prendre, vous n'avez jamais eu de remarques désagréables ?

Notre entourage le prend vraiment bien. En même temps, nous ne leurs demandons pas vraiment leurs avis. Mais la remarque la plus fréquente est : "Vous avez raison si cela vous convient". Lors d'une réunion de famille où nous en avons parlé, je me suis aperçu que même mes parents ne semblaient pas choqués ni dérangés.

Sur le plan pratique vous avez deux chambres ou bien est-ce deux lits dans une chambre ?

Sur le plan pratique, nous avons pu mettre cette habitude en place dès que nous avons quitté notre F2, dont les deux pièces n'étaient pas séparées par des portes. Maintenant, nous avons un F4, mais il n'y a toujours pas de seconde chambre.
C'est toujours moi qui quitte la chambre (conjugale donc). Et je dors dans le clic-clac du salon. J'y ai installé une petite lampe de chevet.

Est-ce que vous avez des enfants ? Si oui comment le vivent ils ?

Nous n'avons pas d'enfant. Je ne pense pas que cela changerait nos habitudes.

Est-ce que tu l'appliquerais avec une autre femme ou est-ce propre à cette histoire

Je dirais les deux mon capitaine ! C'est propre à cette histoire car nous sommes sur la même longueur d'onde à ce sujet. Ce que je t'ai expliqué est réciproque.
Et je l'appliquerais avec une autre femme car j'aime dormir seul !
Bien sûr, si la résonnance entre cette "autre femme" et moi est différente, et elle le serait, nous l'appliquerions différemment.
C'est n'est pas une condition sine qua non de ma vie en couple, mais je l'apprécie vraiment..

Alors faire chambre à part, ça vous parait toujours aussi froid ? ;) 

 

 

Commentaires

  • Salut !

    Vraiment c intriguant cette histoire... D'un côte on se dit: "waaaaah la chance il a sa femme avec lui mais quand il veut! Et quand il veut pas, il l'a pas!!!" Ca ressemble bien a la définition du bonheur pour beaucoup d'entre nous (mâles virils) je pense.
    Et d'un autre côté, on se dit hooo le ou la pauvre de vivre tant de nuits abandonné(e) par sa moitié.

    Alors ce que je me demande c'est: est-ce qu'Eric est juste un gros nerveux qui embrouille tellement sa compagne qu'il dispose d'autant de prétexte a quitter en furie la chambre conjugal en claquant la porte ? Ou est-il simplement hermite dans l'ame, ayant besoin de sa quantité de solitude par an ???

    En tout cas c vraiment bizarre, et moi qui suis amoureux sans être un canard fusionnel non plus, je trouve ça bizarre d'avoir envie de quitter le lit qu'on partage avec sa doudou hors des soirées de dispute !!!

    Par contre y'a un probleme autre que celui-de ce qu'on ressent, c le probleme physique. Moi par exemple, je suis un radiateur humain. Et à part quand il fait -10°, j'ai tout le temps chaud au lit ! TOUT LE TEMPS ! du coup j'aimerai bien un MEEEEGAAAA GRAND LIT pour me tourner et me retourner, me couvrir et me recouvrir sans pour autant réveiller ma doudou... la pauvre !

    Ca c pour le coucher, mais c pareil pour le réveil... Elle est la seule a entendre le réveil. Donc si elle n'est pas là, je ne me réveille pas...

    Au final, en plus d'être agréable, c super utile de dormir à 2 pour plein de chose... réveil mis a part !!!

  • Très intéressant comme article !

    Et je comprends Eric !

    Lorsque je retourne toute seule chez les parents, ça me fait un bien fou de me retrouver toute seule dans le grand lit, à savourer une bonne nuit de sommeil sans personne à côté. Mais notre côté fusionnel (comme on s'retrouve !) fait qu'on a du mal à rester bien longtemps seules chacune de notre côté !

    Et par contre, donc, dans la vie de tous les jours on dort toujours ensemble ;-)

  • Yo > Merci pour ce long commentaire :). Mais avant ta doudou, tu faisais comment hein ? Ah ces hommes...

    AurélieT > Je suis contente que tu te sois retrouvée dans cet article. Cela faisait longtemps que j'attendais pour le mettre en ligne. :)

  • -> Yo : C'est pas vraiment à la carte, et je me sens pas non plus abandonné. C'est vrai que j'aime bien avoir mon quota de solitude.
    En fait Aurélie le dit très bien : "ça fait un bien fou de me retrouver tout seul (...) à savourer une bonne nuit de sommeil sans personne à coté".
    Je précise que c'est en général moi qui me lève le premier, et qui vais réveiller ma belle. Ce moment est d'autant plus une fête qu'on n'a pas dormi ensemble.
    D'autre part, dormir et faire les choses dont tu parles en fin de ton commentaire sont deux événements bien différents. J'en parlerai sans doute un jour dans la partie chanbre & sexualité de ce blog.

    -> AurelieT : Merci Aurélie, j'apprécie vraiment ton commentaire, tu as tout expliqué, mieux que moi.

    -> Julie : Je ne serai pas le premier ni le dernier à te féliciter pour ce blog, dans lequel tu arrives à parler et faire parler des actes quotidiens liés à la nuit et au sommeil avec une belle profondeur.

  • Non on me fait jamais de compliments et je trouve ça honteux...Merci Eric d'y avoir remédier !! :D

  • Et bin miss Julie...envie de choper quelques compliments au vol?? T'as raison c'est jamais trop ;).

    Ton billet et l'intervention d'Eric est plus qu'intéressante. On peut en déduire que le solitaire est fait pour dormir à deux...mais seulement par intermittence pour son bien être et son équilibre. J'adhérerai plutôt sur pas mal de points...m'intéressant même à une vie à deux...seuls chacun de son côté: cad un couple et deux apparts, pour que l'épanouissement et l'accomplissement personnel de l'individu profitent au couple. Par contre, le clic-clac c'est rude...mais c'est la faute à cette deuxième chambre qui n'est pas. Et effectivement les enfants un jour risquent de changer la donne, car quoi de plus beau (tout de même) qu'un petit bonhomme qui saute sur le lit de papa-maman pour jouer et les réveiller en trombe tous les deux. ;)

  • Milie > Ouais puis si on réclame pas, on a rien alors... :p

  • Merci pour ce témoignage Eric c'est très intéressant.

    Sinon Julie, rien à voir mais vu la thématique du blog, avec monsieur on vient juste de mettre un terme à 4mois et demi de cododo avec notre bébé. C'est surtout Monsieur qui est content mais comme bébé refait ses nuits je n'avais plus trop d'excuses pour le garder avec nous ;-) le lit paraît vide sans lui mine de rien...

  • Félicitation !!
    Je suis bien contente de savoir que tu as expérimenté le co-sleeping...Alors c'ets comment ? ;)

  • C'est super et pratique sur plein de plans différents :
    - quand bébé a faim la nuit pas besoin de sortir de son lit, on le met au sein et on peut même se rendormir pendant la tétée si jamais on est trop ko.
    - ça a appris à monsieur à dormir sur sa place et non plus en diagonale et en me piquant toute la place ;-)
    - lorsque bébé n'arrivait pas à se calmer au moment où nous on avait sommeil, on était quand même au lit pour le bercer et câliner, plutôt que debout au milieu de sa chambre à lui.
    - c'est rassurant pour une nouvelle maman de pouvoir veiller sur son petit bébé à n'importe quel moment de la nuit et de le savoir proche d'elle. J'ai lu d'ailleurs quelque part qu'il y avait beaucoup moins de mort de nourrisson dans les cas de cododo.
    - c'est génial de regarder son bébé dormir, surtout quand il prend des poses trop mimis avec ses mains, ou quand il sourit dans son sommeil, ou quand il fait un mouvement de tétée en dormant avec sa petite bouche qu'on a envie de croquer. Il est à portée de bisous comme ça aussi :-)

    Bref une super expérience bien que le regard en occident sur cette pratique est très négatif dans la majeure partie des cas.
    De toute façon j'ai eu le droit à beaucoup de remarques (c'est malsain, tu vas en faire un tanguy, tu lui donnes de mauvaise habitudes, à quoi ça sert d'avoir pris un F3 dans ce cas-->"mais à ranger ses habits et ses jouets, pourquoi?", blablablabla...) mais je répondais à chaque fois que je n'aurais pas eu la force d'aller le chercher quand il avait faim, m'installer dans le salon, le recoucher puis me recoucher à chaque fois.
    Mon mari m'a dit une fois qu'il le prendrait lui et le ramènerait. On a donc testé, il est parti effectivement le chercher quand il s'est réveillé, bébé a mangé je l'ai reposé à côté de moi et monsieur dormait. Quand il s'est réveillé il m'a dit "mais qu'est ce qu'il fait là lui?", je lui ai rappelé qu'il était sensé le raccompagner à la fin de son repas et depuis il n'a plus recommencé à le laisser tout seul ;-)
    Contrairement à ce qu'on nous a dit, il n'a pas mis un an à réussir à dormir tout seul dans son lit et dans sa chambre. Une fois qu'il a fait ses nuits, ça s'est passé tout simplement, en instaurant un petit rituel du coucher, je me demande même s'il s'est rendu compte d'une différence lui...

    Bref je recommencerai pareil avec les futurs enfants si il y en aura car je n'ai vu que des côtés positifs à tout ça.

    Et puis pas de risques de l'étouffer, d'une part parce que j'avais le sommeil léger et je veillais au grain, et d'autre part parce qu'un bébé c'est tout petit et ça tient très bien entre nos deux oreillers, ce qui nous permettait de pouvoir monter la couette jusqu'au cou sans risquer de trop le couvrir lui...

  • Julie> j'en profite juste pr repondre a ta kestion ki est comment je faisais pr me reveiller avant detre avec ma doudou ki sen charge aujourd'hui...
    BAH YAVAIT MA MAMAN TIENS !!!

  • Bonjour,

    Je suis journaliste pour l'émission 100% MAG sur M6 et je vais réaliser un reportage sur les couples qui font chambre à part. Ayant lu votre article sur le forum, je me permets de vous envoyer mon appel à témoin, car je peine à trouver des personnes qui souhaitent s'exprimer sur le sujet.
    Bien cordialement,
    PL

    Appel à témoin reportage 100% mag (M6): 1 couple, 2 chambres

    Ils s’aiment et pourtant… quand vient l’heure de se coucher ils partent dormir chacun de leur côté ! Et aussi surprenant que cela puisse paraître leur couple va très bien. Pour ce reportage, je recherche deux couples toute génération confondue : deux personnes qui vivent sous le même toit mais qui font chambre à part et deux personnes, qui sont en couple mais qui vivent chacun chez soi. Les raisons peuvent être diverses : envie de bien dormir, conserver son lit, sa chambre comme son espace vital, pimenter sa vie de couple et relancer le désir etc.

    Si vous êtes dans cette situation ou connaissez des proches qui souhaiteraient témoigner, n’hésitez pas à me contacter par mail : pauline.leg@hotmail.fr/ ou par téléphone 06 76 99 79 43

Les commentaires sont fermés.