Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le sommeil & les adolescents

452a1792edbadde452289eae8eb7a83c.jpeg
Il y a quelques temps, un jour avant la journée du sommeil pour être précise, j'ai eu la chance d'assister à une action prévention sur le sommeil auprès des jeunes.
Cette manifestation était organisée par le Réseau Morphée (vous aurez bientôt l'occasion de lire l'interview dormeur de sa présidente).

C'est ainsi que je quittais mon petit bureau Nanterrois pour déambuler dans le labyrinthe de l'hôpital Saint Antoine.
Le parcours pour arriver jusqu'à l'amphithéâtre étant des plus ludiques, puisqu'il fallait se repérer aux affichettes pas toujours très visibles.
Mais habituée à braver l'adversité pour vous délivrer de purs scoops sur le sommeil, je m'accroche et accède enfin au temple du savoir (oui, oui rien que ça !).

Là bas, tout est prévu pour accueillir deux classes de 5ème : petit déjeuner (biscuits et briques de jus de fruit), intervenants et moustiques.
En effet, les insectes avides de sang juvénile sont sortis des profondeurs de la salle dès que les petits jeunes sont arrivés. Ce fut radical, aucun ne s'est assoupi durant la conférence !

L'idée était d'expliquer aux adolescents les répercutions d'une privation ou dette de sommeil sur leur santé et la vie de tous les jours.
Pourquoi dormir ? Combien de temps ? Ce qui est à faire et à éviter pour bien dormir.
Des thèmes qui ne sont pas abordés à l'école et rarement à la maison si ce n'est sous l'ordre "file te coucher !".

Nous avons entre autre appris qu'à l'adolescence le besoin de sommeil est plus important et qu'un jeune devrait en moyenne dormir 10 heures par nuit.
Hors depuis 1975, les adolescents ont perdu jusqu'à 2 heure de sommeil par nuit, il s'approche plus souvent des 7 heures que des 10.

Cette carence entraine immanquablement des difficultés scolaires, une baisse de vigilance, une difficulté à se concentrer et même des troubles de la mémoire.

Et pendant tout ce temps, des mains applaudissaient dans la salle, non pas pour approuver à chaque parole le docteur Royant-Parola mais pour tuer les vindicatifs moustiques qui n'en finissaient par leur raid aérien. (ce qui ne veut pas dire qu'elle ne méritait pas des applaudissements, ne me faites pas dire ce qu'j'ai pas dit !!)
Nous avons finalement décidé de leur laisser les lieux en quittant l'amphithéâtre pour se mettre en petit groupe de travail.

19ba68a69cc568991cb5434e30b00f8f.jpegEn mode observation, j'écoutais avec attention les échanges entre le docteur et les adolescents. La conclusion ne se fit pas attendre, ils avaient le même rythme que moi ! Ainsi ils alliaient télévision, ordinateur et papotage sur portable pour ne pas se coucher avant 23h voir 23h30...A 12 ans (6 enfants sur 12 avaient la télévision dans leur chambre !).
A la suggestion que les jeux vidéos n'était pas une bonne chose avant de se coucher, un gamin s'écria :" Ah nan ! J'peux pas m'empêcher de jouer aux jeux vidéo ! C'est im-po-ssi-ble, madame !".

Cri du cœur repris par d'autres pour qui se coucher à 21h avec un bouquin serait totalement inimaginable...Et pour le coup, j'étais contente de ne pas avoir à m'exprimer car mes habitudes sont tout aussi déplorables (oui je l'avoue enfin, lectorat adoré, je ne suis pas tout à fait parfaite).

Par la suite, je suivais mon petit groupe dans sa découverte d'un laboratoire de sommeil.
Les infirmières firent découvrir de manière très ludique la pose des capteurs sur le corps (tête, ventre, doigt) pour l'enregistrement de l'activité pendant la nuit. Mais aussi l'usage d'un appareil permettant d’oxygéner des sujets atteints d'apnée du sommeil : le PPC (Pression Positive Continue). Je reviendrai plus longuement ce sujet qui mérite un article à lui seul.

Les deux classes ayant cours l'après-midi la sortie s'arrêta à midi.
Un enthousiasme agréable à voir, des pistes de réflexions même si les habitudes (les mauvaises) sont prises. La prévention joue un rôle essentiel mais il semble évident qu'elle doit se jouer plus tôt dans la vie de l'enfant et être entretenu par les parents.

Avez-vous des jeunes dans votre entourage ( comment ça, ce n'est pas une espèce rare...)? Quelles sont leurs habitudes avant de dormir ? Avec vos enfants êtes vous strict sur son heure de couché ?

Commentaires

  • J'ai toujours été très stricte sur les heures de sommeil des filles, et les miennes aussi d'ailleurs.
    Pas de TV dans aucune chambre, ni console de jeux (et oui, elles ont survécu et ont actuellement 23 et 26 ans !)
    J'imposais 9 heures de sommeil, me gendarmais contre les bavardages intempestifs (elles partageaient la même chambre) et kidnapait la chaîne stéréo.
    Cela leur a plutôt bien réussi : ce sont des maniaque du dodo...
    J'ajoute qu'actuellement à près de 50 ans, je prends toujours sur moi pour arrêter TV et ordinateur 1/2 H avant l'heure théorique du dormir, pour aller me coucher avec un livre pas trop prise de tête... C'est l'idéal pour plonger...

  • Bonjour,

    J'aurais quelques questions :
    -> A long terme le manque de sommeil répéter ça peut provoquer quoi ?
    -> Pourquoi c'est plus grave chez les "jeunes" que chez les "vieux" ?

    Je ne parle pas du sujet, car n'ayant pas d'enfant dans mon entourage, je n'ai pas trop d'expérience, sauf la mienne et celles d'ami(e)s.

    Qui pour la plus part à l'époque on "devait" se coucher tot (officielement), style 20h30, et pourtant rarement avant 0h (officieusement) jusqu'a l'arrivé en 6ème et après bah beaucoup plus tard. Savoir lire change la vie, et fait se coucher beaucoup plus tard. (Le jeu video était beaucoup moins répandu à l'époque, que de nos jours).

  • Un truc que j'ai oublié.

    Se serait bien effectivement de plus sensibiliser les jeunes, mais comment faire, l'école ils ont déjà d'autre choses à y faire comme apprendre à lire, écrire, parler correctement.

    Et à la maison les parents ne sont pas forcément au courant du nombre d'heures nécessaires pour leurs enfants.

    Personnelement n'ayant jamais beaucoup dormis, et n'en ayant pas forcément vu d'effets, si je l'avais pas lu ici je n'en saurai rien du tout, naturelement je les aurai envoyé au lit, mais bon sans les empécher de se coucher à l'heure ou ils veulent (enfin ni TV, console, ... )

  • Calpurnia > C'est vrai que lorsque je peux, je fais comme toi. J'arrête tout et je bouquine au calme avant de sombrer dans le sommeil :)

    Male > Le manque de sommeil peut provoquer des troubles de la mémoire, de l'humeur et même du poids. Mais également jouer un rôle négatif sur le système immunitaire, entrainer des troubles de la vigilance.

    Chez le jeune c'est plus embêtant car c'est une période où le corps change, où les jeunes apprennent de nombreuses choses (scolarité mais même langage, motricité). C'est pendant le sommeil que toutes ces choses sont assimilées...D'où une grande importance !

  • Merci de ces précisions.

  • L'épisode des moustiques qui met du piquant dans cette histoire parait tout à fait décalé! Et pourtant, tout à fait vrai ;o) L'hôpital Saint Antoine est sans doute LA réserve parisienne de ces petites bêtes!
    Plus sérieusement, j'ai été assez inquiète par le constat de la dérive du sommeil de nos jeunes qui est un phénomène général et international (mais pas pour autant rassurant!).
    Quand à vos habitudes, chère Julie, il faudrait nous en dire plus... Sont elles vraiment aussi déplorables que vous voulez bien le dire? En fait on peut faire ce qu'on veut avec son sommeil, tant qu'il n'y a pas d'insomnie... Ensuite... Rigueur, rigueur, si on en veut s'en sortir...
    A bientôt.. je crois, oups!

  • Un bon article des Canadiens sur le sujet : www.flambeaudelest.com/article-200500-Mieux-comprendre-le-sommeil-chez-les-adolescents.html Les conséquences du manque de sommeil chez les ados sont : une moindre capacité d'apprentissage (les phases de sommeil paradoxales permettent de consolider les acquis de la journée), une plus grande irritabilité (voir un tempérament dépressif assez caractéristique chez les ados) et une somnolence diurne (et c'est bien connu, quand on dort en cours, les résultats scolaires ne suivent pas). Comme l'explique le docteur Roger Godbout, bien dormir est donc la clé du succès, mais vous le savez tous, vous qui lisez ce blog régulièrement.

  • Bonjour,

    Je suis un adolescent de 17 ans, j'ai eu la curiosité de chercher sur Internet combien d'heures de sommeil seraient nécessaires pour une personne de mon âge et je suis tombé sur votre blog. Je suis assez stupéfait de constater que 10 heures de sommeil seraient alors requises pour quelqu'un se situant dans ma tranche d'âge, or je suis effectivement plus près de 7-8 heures que des 10 que vous prescrivez... Cela est du, en tout cas dans mon cas personnel, à des révisions assidues se prolongeant parfois un peu (ou encore, souvent, à des lectures, ma grande faiblesse!), or mes performances scolaires sont loin d'en être affectées, bien au contraire, j'ai l'impression d'arriver à mémoriser plus facilement mes cours à cette heure-ci, ai-je donc raison de supposer que le nombre de 10 heures quotidiennes de sommeil n'est qu'une moyenne qui ne s'applique pas à tous de la même façon?? Il est certain que les baillements sont de mise quand j'arrive en cours, mais cela n'a pas l'air, encore une fois, d'amoindrir mes capacités intellectuelles, donc on va dire que c'est un petit sacrifice auquel je consens, mais est-ce que seulement peut avoir des implications au niveau de ma santé? Car c'est précisément le point qui m'inquiète, étant donné que je suis habituellement relativement précautionneux à ce sujet.
    En tout cas merci pour l'information!

    Cordialement,

    Blueglasnost

Les commentaires sont fermés.