Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trop de bruit la nuit : conséquences sur le sommeil et la santé

image4310.jpgPendant notre sommeil, les oreilles, le cerveau, et finalement notre corps tout entier, continuent de réagir aux sons qui surviennent dans notre environnement. La première conséquence en est évidemment l'altération de la qualité de notre sommeil, car on se réveille plus souvent lorsque l'on dort dans un environnement sonore élevé. Mais les nuisances nocturnes ont également une action insidieuse sur notre santé générale car elles nous fatiguent même lorsqu'elles ne nous réveillent pas !

En effet, le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé a dévoilé hier qu'un européen sur cinq serait exposé à un niveau de pollution sonore nocture nocif (c'est à dire dépassant les 40 décibels, soit le bruit d'une rue paisible dans un quartier résidentiel, nouveau seuil fixé par l'OMS). De plus, les conséquences varient selon les individus : les enfants, qui passent plus de temps au lit, et les personnes âgées, plus sensibles aux perturbations, sont particulièrement exposées.

Par ailleurs, le rapport expose que les bruits particulièrement nuisibles sont ceux que l'on perçoit au moment de s'endormir ainsi qu'au réveil. Les personnes habitant près des aéroports, outre les perturbations liées au niveau sonore que l'on connaissait déjà, sont donc également plus touchées que l'on le pensait, du fait de la densité du trafic aérien le matin.

Les mesures proposées par l'OMS font état de déviations de la circulation loin des quartiers sensibles, par exemple loin des hopitaux et des écoles, et en redirigeant le trafic routier vers les zones d'activité ou les bureaux. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site de l'OMS ici.

Pour ma part, j'ai la chance d'avoir le sommeil assez lourd pour généralement m'endormir en deux secondes, même si les voisins ont décidé de danser la samba. Mais pour d'autres ce n'est pas toujours la même histoire, alors boules quiès, déménagement du matelas dans le salon ou grog bien tassé, comment faites-vous pour dormir lorsqu'il y a trop de bruit ?

Commentaires

  • Vive les boules quies!! J'en ai toujours sur moi quand je voyage

  • Je crois qu'en ce qui concerne le "sommeil lourd", je peux affirmer que je joue dans la cour des grands :o))
    J'ai la chance de pouvoir m'endormir, quel que soit le niveau sonore qui m'entoure!!
    Mais un inconvénient de taille tout de même...il me faut une fanfare pour me réveiller!!...style le volume du réveil au max :o))
    C'est ma chère et tendre qui est ravie!! Quoi?!!? Un petit Highway to Hell au réveil, ça peut remplacer une douche glacée hein!!

    A bientôt...

    PS : grosse campagne de Matelsom en ce moment dans le métro parisien, des matelas affichés dans tous les couloirs ^^

Les commentaires sont fermés.