Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Changement d'heure, rythme corporel et sommeil

    heure d'hiver.jpgDans la nuit de samedi à dimanche aura lieu le traditionnel changement d'heure. C'est un événement qui paraît anodin mais pour moi, il marque vraiment l'entrée dans la saison hivernale, l'avancée vers les jours maussades et courts. On a tous vécu l'un de ces jours où il fait nuit quand on arrive à l'école ou au boulot, et il fait toujours nuit quand on en repart, si bien que l'on a l'impression de vivre au pôle nord, là où la nuit dure 6 mois. Heureusement qu'il y a le sapin de Noël et les vacances d'hiver à la clé !

    Quoi qu'il en soit, au départ, c'est plutôt le passage à l'heure d'été qui est le véritable changement d'heure. Le passage à l'heure d'hiver n'est qu'un retour "à la normale", puisque nous n'avons en hiver plus qu'une heure d'avance sur l'heure solaire (contre deux en été). Ce changement de nos habitudes a été décidé après le choc pétrolier de 1973, afin de réduire les besoins en éclairage en été : le décalage d'une heure supplémentaire permet de "rallonger" les soirées d'été sans avoir besoin d'éclairage jusqu'à 22h, en grapillant une heure d'ensoleillement le matin de 4h à 5h, où les besoins en éclairage sont moindres.

    D'après l'ADEME, l'estimation des économies d'électricité  correspond à environ 4 % des consommations d'éclairage en France soit la consommation totale d'électricité d'une ville de 200 000 habitants pour une année entière (pour en savoir plus, voir le site de l'ADEME).

    Cependant, le changement d'heure a surtout un impact sur notre horloge biologique. Ce n'est pas pour rien si l'on dit traditionnellement que l'on "perd une heure de sommeil" au passage à l'heure d'été, et que l'on en "gagne" une lorsque l'on passe à l'heure d'hiver. L'étude Euclock, financée par l'UE et menée sur le sommeil de plus de 50 000 personnes, établit que notre horloge biologique interne s'adapte très difficilement à l'avancement de l'heure à mesure que les saisons changent. En effet, notre horloge interne (ou horloge circadienne) ne reconnaît que l'alternance jour/nuit et des saisons et a besoin de la lumière naturelle du matin, pour se re-synchroniser et rythmer, sur une période d'environ 24 heures, l'ensemble des cycles de notre corps.

    L'étude conclut néanmoins qu'il est généralement plus difficile de s'adapter au passage à l'heure d'été, notamment pour les couche-tard,car "leur rythme biologique conserve le rythme classique, c'est-à-dire le rythme de l'heure d'hiver, mais leurs obligations sociales les contraignent à s'adapter au changement d'heure tout l'été". En ce qui concerne mon expérience de couche-tard invétérée, je dois bien avouer qu'effectivement je me sens un peu décalée durant tout le dimanche qui suit le passage à l'heure d'été, alors que je n'ai généralement aucun problème de décalage horaire lié à un voyage par exemple. Et en général, lorsque l'on passe à l'heure d'hiver, je profite chaque année de l'heure de sommeil pour rallonger ma grasse mat', mais la brusque tombée de la nuit à 17h me renvoie toujours la même impression : "ça y est, cette fois, c'est vraiment l'hiver !"

    Et vous, comment gérez-vous les changements d'heure en général ? N'hésitez pas à participer à notre sondage et racontez-nous votre expérience !

    Compléments d'information :

    • D'après un sondage Sofres, la consommation de médicaments, et notamment de tranquillisants, augmenterait de 19% au moment du changement d'heure.
    • Il est clairement démontré que la production et la qualité du lait sont altérées au moment du changement d'heure car les vaches ressentent du stress lié au décalage de l'heure de la traite (source ici).

     

     

  • Trop de bruit la nuit : conséquences sur le sommeil et la santé

    image4310.jpgPendant notre sommeil, les oreilles, le cerveau, et finalement notre corps tout entier, continuent de réagir aux sons qui surviennent dans notre environnement. La première conséquence en est évidemment l'altération de la qualité de notre sommeil, car on se réveille plus souvent lorsque l'on dort dans un environnement sonore élevé. Mais les nuisances nocturnes ont également une action insidieuse sur notre santé générale car elles nous fatiguent même lorsqu'elles ne nous réveillent pas !

    En effet, le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé a dévoilé hier qu'un européen sur cinq serait exposé à un niveau de pollution sonore nocture nocif (c'est à dire dépassant les 40 décibels, soit le bruit d'une rue paisible dans un quartier résidentiel, nouveau seuil fixé par l'OMS). De plus, les conséquences varient selon les individus : les enfants, qui passent plus de temps au lit, et les personnes âgées, plus sensibles aux perturbations, sont particulièrement exposées.

    Par ailleurs, le rapport expose que les bruits particulièrement nuisibles sont ceux que l'on perçoit au moment de s'endormir ainsi qu'au réveil. Les personnes habitant près des aéroports, outre les perturbations liées au niveau sonore que l'on connaissait déjà, sont donc également plus touchées que l'on le pensait, du fait de la densité du trafic aérien le matin.

    Les mesures proposées par l'OMS font état de déviations de la circulation loin des quartiers sensibles, par exemple loin des hopitaux et des écoles, et en redirigeant le trafic routier vers les zones d'activité ou les bureaux. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site de l'OMS ici.

    Pour ma part, j'ai la chance d'avoir le sommeil assez lourd pour généralement m'endormir en deux secondes, même si les voisins ont décidé de danser la samba. Mais pour d'autres ce n'est pas toujours la même histoire, alors boules quiès, déménagement du matelas dans le salon ou grog bien tassé, comment faites-vous pour dormir lorsqu'il y a trop de bruit ?

  • Matelsom et Petits Princes : l'histoire continue

    petit_prince01.gifCela fait longtemps que l'on ne vous avait pas parlé de Petits Princes, et vous avez été plusieurs à nous demander où nous en étions avec l'association qui permet de "Donner vie aux rêves des enfants gravement malades".

    J'ai le plaisir de vous annoncer que cela bouge chez Matelsom avec Petits Princes ! Tout d'abord, la page du site Matelsom dédiée à l'association, que vous pouvez voir ici, a été réactualisée avec le nouveau spot publicitaire, réalisé gracieusement pour Petits Princes par l'agence Mc Cann. Nous avons également ajouté les derniers rêves réalisés grâce aux dons de Matelsom.

    Mais ce n'est pas tout... Vous savez que nous vous sollicitons chaque année pour une opération afin de réaliser encore plus de rêves. Eh bien, tenez vous prêts, car nous sommes en train de vous concocter une toute nouvelle opération, à venir d'ici la fin de l'année 2009.

    Nous ne manquerons pas de vous tenir informés, d'ici là, suspens... :-)