Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Partager son lit

    medium_litdeco.jpg"Personne ne peut s'en approcher, personne ne peut y dormir, pas même les parents ni les frères et soeurs. Les seuls êtres qui pourront entrer dans le lit d'une femme amoureuse sont ceux qu'elle et l'être aimé ont engendrés ensemble : leurs enfants."

    Voilà ce que nous apprends le célèbre Francesco Alberoni dans un de ces ouvrages.
    Alors bien sûr, en blogueuse assidue que je suis, je prends note, je gribouille sur le livre (oui, je reconnais surligner des passages dans mes bouquins...) et je reviens vers vous avec le sujet du jour !

    Le lit en temple sacré peut il être partagé, prêté, voir offert ?

    Enfant, on se glissera avec un plaisir flagrant dans le lit des parents dès que ceux-ci nous font l'obole d'ouvrir leur drap.

    Adolescent, on partagera le sien avec une amie (je crois que ce n'est valable que pour les filles, non ?) pour de longues discussions nocturnes.

    A l'âge adulte, c'est la conquête d'un soir ou l'être aimé d'une vie à qui l'on dévoilera les dessous de notre couette.

    Cependant, il y a malgré tout des réticences, des tabous et tout le monde n'appréhende pas ce partage de la même manière. Je n'ai jamais éprouvé aucun soucis à dormir dans le lit de mes parents (hormis qu'ils ont osé effectuer cet achat sans mes conseils et se retrouve avec une planche de bois...) mais le partager avec mon compagnon l'a profondément dérangé.

    De mon côté, j'étais malgré tout embêtée que sa famille a lui puisse dormir une nuit dans MON lit...

    Et vous ? A qui êtes vous prêt à ouvrir votre couette ? Qui se révele persona non grata dans votre chambre ?

  • Une étape, un matelas

    medium_matelas.jpgOn me demande souvent si la literie est réellement un marché porteur, puisqu'une fois un matelas acheté, on est censé le conserver plusieurs années.

    La réponse est oui.

    En effet, si on fait le calcule un enfant jusqu'à l'âge adulte changera au minimun deux ou trois fois de lit, croissance oblige.
    Une fois installé, il optera pour son premier matelas...Puis rencontrera l'Autre, ils en choisiront un nouveau.
    L'achat qui se fait à deux et non plus la pièce rapporté de la garçonnière. Souvent l'achat économe car on s'installe et on ne bénéficie pas d'un gros budget...Et du coup après quelques années de mal de dos, de matelas qui grince ou qui se creuse, on se décide à investir.

    Après cela vient la chambre des enfants, ou celle des amis et puis plus tard la maison de campagne...

    Puis, il y a les séparations aussi, un autre matelas en perspective. Parfois, nous avons des appels de clients séparés qui souhaitent recommander le même, avons nous une trace de cet achat car le départ fut précipité...

    Alors, en effet au fil du temps votre dos connaitra bien des aventures à l'horizontale. Et c'est tant mieux pour nous, il faut bien le reconnaitre ! ^^

    Il est intéressant de constater qu'au fil des années les gens sont plus attentifs à leur bien être. Le lit n'est plus la simple paillasse du moyen âge, on s'intéresse à sa technologie, on recherche le confort...Et c'est rendre ses lettres de noblesse à la literie qui n'a jamais cessé de se developper et de se perfectionner.

    J'avoue être très bavarde sur le sujet car un matelas c'est plus complexe qu'on se l'imagine et il y a pour moi autant de plaisir à découvrir ce qui le constitue, que ce que je peux trouver dans la tour pc de mon ordinateur en termes de performances...
    Il est d'ailleurs amusant de voir la somme que les gens sont prêt à investir dans ce dernier ou dans une télévision...Pour pousser des hauts cris quand on leur annonce qu'un bon matelas deux personnes faudra compter au moins 500 euros (C'est d'ailleurs pour cette raison que les soldes en literie sont réellement intéressantes contrairement à d'autres secteurs).

    Maintenant c'est vrai, je n'avais guère d'idée sur le prix d'un matelas avant de travailler dans ce secteur. Et c'est vrai aussi que les prix sont élevés, Matelsom milite aussi activement pour une baisse de la TVA à 5,5%. Mais les matières premières ne cessant d'augmenter chaque début d'années les prix enflent...

    Et vous combien de matelas avez-vous connu dans votre vie jusqu'à présent ?
    Êtes-vous amoureux de votre nouvelle literie ou plutôt en instance de divorce ?