Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview dormeur - Page 2

  • Interview d'Eric Loizeau : le sommeil, secret de sa réussite !

    82301c558ee27cf6289ed7e3a5f4787d.jpgBonjour Eric !

    Je suis ravi que tu aies accepté de témoigner sur notre blog du sommeil.

    On ne te présente plus, toi qui as affronté la mer et la montagne, véritable aventurier de l’extrême : équipier d'Eric Tabarly, vainqueur de deux étapes de la Whitbread 1977-1978, de trois transats, recordman de l'Atlantique en solitaire (1982), champion du monde des multicoques (1986), tu diriges aujourd'hui une entreprise spécialisée dans l'organisation de séminaires et la création d'événements liés aux sports nature aventure, ELO (Eric Loizeau Organisations). Eric partage son temps entre les Hautes-Alpes et Paris, lorsqu'il n'est pas en repérage, en raid ou en expédition dans une contrée lointaine. Il a participé à l'expédition Everest 50, où il a gravi avec succès le toit du monde.

    J’invite d’ailleurs tous les lecteurs à se procurer ton dernier livre « Du Cap Horn à l’Everest » relatant tes aventures :
     
    Quel dormeur peux-tu bien être, toi l’aventurier toujours assoiffé de découvertes et de vie ? As-tu toujours été un petit dormeur ou aimes-tu dormir (quand tu le peux) ?
    Eric : Petit dormeur en quantité, mais grand en qualité ! Je dors toujours bien, n’ai jamais d’insomnie ni de difficultés à m’endormir et me réveille toujours reposé.


    Pour toi dormir, c’est une activité essentielle, un manque, ou au contraire une corvée dont tu te déchargerais bien volontiers ?
    Eric : Dormir est avant tout une nécessité. C’est toutefois un véritable plaisir de s’endormir, surtout quand on est bien fatigué.


    Comment as-tu apprivoisé ton sommeil (lors de tes premières traversées en bateau) ?
    Eric : Le problème du sommeil en bateau se pose quand on navigue en solitaire… Pour ma 1ère traversée de l’Atlantique en solitaire en 1981 (où j’ai battu le record de la traversée), je me suis entraîné avec un médecin du sommeil : les quelques règles d’or que j’ai suivi à la lettre :
    1)    Ne jamais tomber en dette de sommeil
    2)    Dormir un minimum de 6 heures toutes les 24h
    3)    Ne dormir que le jour : en effet, la nuit, c’est plus dangereux de dormir (le bateau n’est pas visible la nuit et il faut plus de concentration pour faire avancer un bateau la nuit).
    4)    Eviter les états intermédiaires (semi-réveillé) : être soit actif et réveillé, soit dormir.
    5)    Ne pas hésiter à gérer son sommeil : dormir même très peu de temps (je me suis entraîné à faire des micro-sommeils) à tout moment de la journée pour récupérer et ne pas tomber en dette de sommeil.


    En combien de temps t’endors-tu ? As-tu des trucs pour réussir à dormir dans des conditions extrêmes ?
    Eric : Ma force, c’est que j’arrive à m’endormir n’importe où, dans n’importe quelles conditions en très peu de temps. Mon entourage est souvent sidéré de la façon dont je m’endors : je m’assois et je m’endors.

    Lire la suite

  • Dormir en haut de l'Everest ?

    db7454839957af00eccb4d28a19909b9.jpg
    Bonjour Nicolas !

    Je suis ravi que tu aies accepté de témoigner sur notre blog du sommeil.

    Nicolas, ton témoignage est passionnant à plus d’un titre : comment as-tu réussi à dompter ton sommeil ? D’un rythme de trader à la City à Londres où tu dormais 4 heures/ nuits à celui de summiter de l’Everest, où tu as gravi avec succès le toit du monde, puis celui d’entrepreneur dans le domaine du sport…


    Quel dormeur peux-tu bien être, toi l’hyper-actif ? As-tu toujours été un petit dormeur ou aimes-tu dormir (quand tu le peux) ?
    Nicolas  : Je suis un « bon » dormeur : j’ai besoin d’approximativement 8 heures par nuit pour me sentir bien en me réveillant… A 7 heures ça va après une petite phase de mise en jambe. En dessous il faut que quelque chose me motive vraiment pour ne pas penser que je manque de sommeil… !


    Pour toi dormir, c’est une activité essentielle, un manque, ou au contraire une corvée dont tu te déchargerais bien volontiers ?
    Nicolas  : C’est à la fois une corvée et une activité essentielle dans le sens où elle me fait perdre du « temps éveillée » mais me permet d’être efficace dans ce « temps éveillé »…Ce n’est pas une fin en soi mais un moyen, bien que ce soit plutôt sympa de se laisser aller dans le sommeil en position horizontale… ! J’ai appris à la fois en montagne mais surtout initialement dans les forces spéciales de l’armée à gérer mon sommeil avant tout afin d’être efficace en dehors du sommeil


    Comment as-tu géré ton sommeil lors de ton ascension de l’Everest ?
    Nicolas  : Dans ces situations difficiles, la moindre parcelle de temps qui peut être mis à profit du sommeil ou du repos doit être impérativement utilisée. Cependant très haut en altitude, en situation extrême, le sommeil est dangereux et vous ne cherchez qu’à une chose c’est de rester là le moins longtemps possible et donc à éviter de dormir : le sommeil est non seulement totalement secondaire dans l’ordre des priorités mais surtout il vous place dans une situation de vulnérabilité…

    Lire la suite

  • L'interview d'Eliiiiiiiise

    f2a43d1076f481534eab7c375768d235.jpeg

    Bonjour Elise !

    Découverte il y a peu de temps par l’intermédiaire d’Mry, je me suis posée de nombreuses questions sur toi…Il faut dire que ta façon de narrer le quotidien est des plus originales. Aussi, je me suis demandé quel pouvait être ton sommeil.

    Elise : Merciii (je vais rougir après rooo).

    Alors dis-nous tout, petite ou grande dormeuse ?

    Elise : Plutôt grosse dormeuse ! Même si en semaine je dors rarement plus de 5-6 heures par nuit, je fais des réserves le week-end où je peux dormir des journées entières…

    Quand je n’ai pas à me réveiller tôt, il n’est pas rare que je me lève vers les 14-15 heures.

    Pour moi dormir est un vrai loisir.A quoi ressembles tes matins ? Réveil en fanfare avec humeur grognon ou réveil douceur et tout sourire ?

    Elise : En fait il me faut du temps…déjà je mets le réveil environ une heure avant de me lever, il sonne une fois, j’éteins…puis il recommence toutes les neufs minutes…c’est bizarre mais j’ai l’impression de dormir plus comme ça ! La première fois qu’il sonne je me dis : « ouais encore une heure ! »

    Sinon comme tout le monde j’ai mes jours…parfois, mieux vaut ne pas me parler dès le levé quoi ;)Le weekend, ça se passe différemment ?

    Elise : J’essaye de profiter du week-end pour faire tout ce que je ne peux pas en semaine, mais j’avoue que le dimanche de rêve c’est pyjama toute la journée, parée à la sieste !

    Combien de temps te faut-il pour être réellement réveillée ?

    Lire la suite

  • La princesse narcoleptique

    ba162c4472e7b0a2d24faa76ddea0fe2.jpeg

     

    L’interview de cette semaine sera consacrée à une princesse, à savoir la princesse Ann. Et comme toute bonne princesse qui se respecte, elle est victime d’un bien mauvais sortilège celui de la narcolepsie.

    Bonjour Ann, je te remercie de nous faire découvrir ce qu’est la narcolepsie et tous les maux qu’elle entraine. Généralement, on s’imagine que cette maladie consiste uniquement à s’endormir un peu partout et à n’importe quel moment. Qu’en est-il réellement ?

    Ann : Ça dépend des gens. Ce qui est le plus embêtant pour moi c’est d’être tout le temps fatiguée.

    Je sais que peut se lier à la narcolepsie, la cataplexie et même les illusions hypnagogiques voire des paralysies. Dans ton cas, souffres-tu également de ces maux ?

    Ann : J’ai surtout des paralysies qui sont très pénibles. Des hallucinations j’en ai eu que 2 ou 3 fois.

    Est-ce que tu peux nous donner des exemples ?

    Ann : Il m’arrive parfois de voir des choses étranges comme un tigre en pleine rue ou des voitures qui roulent sur la Seine.

    Quand la narcolepsie s’est elle déclarée ? Est-ce que les médecins l’ont de suite dépisté ?

    Lire la suite

  • Le sommeil d'un artiste

    L’interview de cette semaine sera consacrée à un blogueur qui plutôt que se servir de ses doigts pour taper sur un clavier, s’en sert pour redessiner le monde.

    C’est grâce à l’opération 100 dessins, 1 rêve que j’ai eu la chance de connaître Emopicto. Sous le charme de ses dessins, je me suis dis que ce serait drôlement sympa d’en savoir plus sur lui.

    Bonjour Emopicto !

    Tout d’abord merci infiniment pour tes très beaux dessins (vous aurez l'occasion de les voir bientôt). Je vois que le sujet t’as inspiré…Un lit volant et un lit sous-marin, c’est tout bonnement génial. Mais si tu devais choisir, tu prendrais lequel ?890e04887d7c7e8b126a89f06fae0352.jpg

    Emopicto : Bonjour Julie. Difficile de répondre, l’air et l’eau étant deux milieux que j’affectionne beaucoup. Mais bon, je choisirais sans hésitation un lit volant qui se transforme en sous-marin. J’ai droit à ça comme réponse ?

    Niveau sommeil, es-tu un grand dormeur ou au contraire tu n’as besoin que de peu de repos ?

    Emopicto : Disons que je suis un ancien grand dormeur qui aimait bien ses 8 heures de sommeil ou plus. Mais depuis que j’ai décidé de me reprendre en main et de changer de rythme de vie, 7 heures me suffisent largement.

    Pour toi dormir c’est une activité essentielle, un manque, ou au contraire une corvée dont tu te déchargerais bien volontier ?

    Emopicto : Ça reste pour moi une activité essentielle, car ça fait du bien de se reposer quand même un peu, mais qui ne doit pas empiéter sur mes autres activités comme le dessin par exemple.

    En semaine vers quelle heure vas-tu te coucher ? Et lorsque tu ne travailles pas ?

    Lire la suite