Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

matelas - Page 3

  • Halte aux idées reçues

    C’est en faisant mes courses à Carrefour que je suis tombée sur le petit magazine Vie pratique Santé.
    Vous savez juste au-dessus des chewing-gum, Kinder, Mentos et autre douceurs qui vous font les yeux doux à la caisse.
    Et si je sais résister à l’appel du sucré, j’avoue que très souvent je me laisse aller à celui des mots en prenant celui sur la cuisine (car oui je suis une excellent cuisinière…de là à dire que je suis parfaite il n’y a qu’un mot que vous êtes en droit d’ajouter en commentaire…^^).
    Hors là, que ne vois-je en titre rose flashy « BIEN DORMIR SANS MEDICAMENTS, les nouveaux traitements efficaces ».

    Alors, je me concentre sur mes courses en me disant « tu peux résister » (Parce que oui c'est vrai que quand il s'agit du boulot je suis un peu obsessionelle). medium_admirable_design_caisse.jpg
    Mais à force de jeter des coups d’œil, mon copain finit par me demander ce qu’il y a (parce que oui j’avoue, je suis trop petite pour atteindre le rayon…) et moi de dire « Hmm ben peut être que j’aurai matière à écrire un article pour mon boulot… ». Et là grand seigneur, il l’attrape et me le tends.

    Et je vous le confirme, j’aurai matière à vous faire pas un mais plusieurs articles !!

    Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai décidé de laisser le travail d’investigation (parce que oui oui je fais de longues recherches avant chaque article !) pour réagir au paragraphe traitant de la literie.

    Il y a en effet plusieurs idées reçues que nous cherchons désespérément à combattre.

    Parce qu’il faut bien vous dire que kinésithérapeutes, docteurs et fabricants de literie ne sont pas toujours d’accord.

    J'ouvre le magazine, parcours l'article et premier bond en l'air :

    « Les spécialistes conseillent un lit assez ferme pour éviter de mettre à mal la colonne vertébrale »

    Arghgrrr… Si vous saviez le nombre de fois que j’ai entendu des clients me dire « il me faut un matelas dur, un bien ferme pour mon dos ! » et ne pas vouloir en démordre.

    Ecoute-moi bien jeune (ou moins jeune) dormeur, cette idée là il est temps de la mettre au placard une bonne fois pour toute !

    Dormir sur une planche à pain n’est pas bon pour le dos bien au contraire !

    Il y a deux notions importantes et différentes : la fermeté qui est constituée en fonction de la densité de la matière pour les produits en mousse alvéolaire et le diamètre du fil d’acier pour les produits à ressorts.

    On distingue 3 fermetés : mi-ferme, ferme, très ferme.

    Et ce choix là ne se fait pas en fonction de vos préférences mais selon votre morphologie.

    Ainsi un enfant ou une femme pesant moins de 50kgs idéalement choisira le plus souple alors qu’à l’inverse un rugbyman ou une personne excédant les 100 kgs se dirigera vers du très ferme.

    Vous l’aurez donc compris, en règle générale on choisit du ferme. Les deux autres degrés sont bien spécifiques.

    La seconde notion c’est le moelleux d’accueil où là, en effet, vous pourrez choisir son intensité.

    Le moelleux se crée avec le garnissage qui est posé sur l'âme du matelas ( la mousse, le latex ou le ressort).
    Il est le plus souvent composé de coton ou de laine selon les faces climatiques, mais peut également se parer de soie, de cashmere et autres matières nobles.

    Le meilleur exemple que je connaisse pour vous faire comprendre est le suivant :

    Prenez une chaise en bois. Vous vous installez, vous sentez que vous êtes bien soutenu mais vous trouvez ça un peu raide. Ajoutez un coussin plus ou moins moelleux…La chaise reste aussi ferme mais elle est plus accueillante. :)

    Vous pouvez retrouvez des chouettes animations sur le site de Matelsom.

    Il est vraiment important de choisir une fermeté adaptée parce que si vous choisissez un matelas très ferme alors que vous êtes un poids plume, votre dos restera cambré ne s’enfonçant pas suffisamment dans la matière et au fil du temps vous écoperez de vilaines courbatures. L’inverse est tout aussi vrai.

    « Quand on dort à deux, on préférera des matelas indépendants car chacun bouge chaque nuit une quarantaine de fois, ce qui peut être gênant pour l’autre. »

    En effet, nous bougeons beaucoup chaque nuit. Mais pourquoi se priver de la joie de dormir à deux alors que les fabricants ont optimisé l’indépendance de couchage sur de nombreuses technologies !

    L’indépendance de couchage c’est justement la faculté d’un matelas à ne pas diffuser le mouvement sur sa surface mais à l’absorber de manière à ne pas gêner le sommeil de l’autre.

    Celle qui le met à l’honneur et qui est une référence en la matière c’est le ressort ensaché car chaque ressort est indépendant, ce n’est pas une carcasse comme pour le biconique.

    Mais ça mériterait un article à part alors je m'appesentirais pas.

    Ce qui est à retenir c’est que la literie c’est une technologie de pointe qui évolue et se perfectionne. Il y a une solution pour chaque dormeur.


    C’était deux petits points qui m’ont un peu fait sauter en l’air, et ça aurait été dommage que je n’ajoute pas mon grain de sel à l’histoire, non ? ;)

  • Un matelas qui vaut de l'or...

    medium_money.jpgUne anecdote amusante a retenue mon attention (quoiqu’elle a pas vraiment amusé les concernés…).

    Une canadienne Marie-Louise Beaulieu, âgée de 96 ans, décède quatre mois après avoir changé sa literie.
    Je vous sens sceptique là.
    Vous-même ça fait combien de temps que vous parlez de quitter votre literie et n'en faites rien, hein ?

    Bon le fait est qu’en effet ce n’est pas un attachement excessif au matelas mais à son garnissage. Point de soie, de lin ou de coton pour ce modèle mais pas moins de 65 000 $ !

    En effet, depuis quelques années Madame Beaulieu demandait à sa fille de lui retirer de l’argent de son compte et dissimulait son pactole au cœur de sa literie…

    Et je vous le donne en mille…Qu’est-il arrivé au matelas ?

    Aux ordures en effet ! Autant vous dire que la famille Beaulieu a fait des pieds et des mains pour le retrouver mais sans succès...

    Alors avant de changer la literie de grand-maman, pensez à vérifier qu’il ne contient pas votre héritage ! ;)

  • Partager son lit

    medium_litdeco.jpg"Personne ne peut s'en approcher, personne ne peut y dormir, pas même les parents ni les frères et soeurs. Les seuls êtres qui pourront entrer dans le lit d'une femme amoureuse sont ceux qu'elle et l'être aimé ont engendrés ensemble : leurs enfants."

    Voilà ce que nous apprends le célèbre Francesco Alberoni dans un de ces ouvrages.
    Alors bien sûr, en blogueuse assidue que je suis, je prends note, je gribouille sur le livre (oui, je reconnais surligner des passages dans mes bouquins...) et je reviens vers vous avec le sujet du jour !

    Le lit en temple sacré peut il être partagé, prêté, voir offert ?

    Enfant, on se glissera avec un plaisir flagrant dans le lit des parents dès que ceux-ci nous font l'obole d'ouvrir leur drap.

    Adolescent, on partagera le sien avec une amie (je crois que ce n'est valable que pour les filles, non ?) pour de longues discussions nocturnes.

    A l'âge adulte, c'est la conquête d'un soir ou l'être aimé d'une vie à qui l'on dévoilera les dessous de notre couette.

    Cependant, il y a malgré tout des réticences, des tabous et tout le monde n'appréhende pas ce partage de la même manière. Je n'ai jamais éprouvé aucun soucis à dormir dans le lit de mes parents (hormis qu'ils ont osé effectuer cet achat sans mes conseils et se retrouve avec une planche de bois...) mais le partager avec mon compagnon l'a profondément dérangé.

    De mon côté, j'étais malgré tout embêtée que sa famille a lui puisse dormir une nuit dans MON lit...

    Et vous ? A qui êtes vous prêt à ouvrir votre couette ? Qui se révele persona non grata dans votre chambre ?

  • Une étape, un matelas

    medium_matelas.jpgOn me demande souvent si la literie est réellement un marché porteur, puisqu'une fois un matelas acheté, on est censé le conserver plusieurs années.

    La réponse est oui.

    En effet, si on fait le calcule un enfant jusqu'à l'âge adulte changera au minimun deux ou trois fois de lit, croissance oblige.
    Une fois installé, il optera pour son premier matelas...Puis rencontrera l'Autre, ils en choisiront un nouveau.
    L'achat qui se fait à deux et non plus la pièce rapporté de la garçonnière. Souvent l'achat économe car on s'installe et on ne bénéficie pas d'un gros budget...Et du coup après quelques années de mal de dos, de matelas qui grince ou qui se creuse, on se décide à investir.

    Après cela vient la chambre des enfants, ou celle des amis et puis plus tard la maison de campagne...

    Puis, il y a les séparations aussi, un autre matelas en perspective. Parfois, nous avons des appels de clients séparés qui souhaitent recommander le même, avons nous une trace de cet achat car le départ fut précipité...

    Alors, en effet au fil du temps votre dos connaitra bien des aventures à l'horizontale. Et c'est tant mieux pour nous, il faut bien le reconnaitre ! ^^

    Il est intéressant de constater qu'au fil des années les gens sont plus attentifs à leur bien être. Le lit n'est plus la simple paillasse du moyen âge, on s'intéresse à sa technologie, on recherche le confort...Et c'est rendre ses lettres de noblesse à la literie qui n'a jamais cessé de se developper et de se perfectionner.

    J'avoue être très bavarde sur le sujet car un matelas c'est plus complexe qu'on se l'imagine et il y a pour moi autant de plaisir à découvrir ce qui le constitue, que ce que je peux trouver dans la tour pc de mon ordinateur en termes de performances...
    Il est d'ailleurs amusant de voir la somme que les gens sont prêt à investir dans ce dernier ou dans une télévision...Pour pousser des hauts cris quand on leur annonce qu'un bon matelas deux personnes faudra compter au moins 500 euros (C'est d'ailleurs pour cette raison que les soldes en literie sont réellement intéressantes contrairement à d'autres secteurs).

    Maintenant c'est vrai, je n'avais guère d'idée sur le prix d'un matelas avant de travailler dans ce secteur. Et c'est vrai aussi que les prix sont élevés, Matelsom milite aussi activement pour une baisse de la TVA à 5,5%. Mais les matières premières ne cessant d'augmenter chaque début d'années les prix enflent...

    Et vous combien de matelas avez-vous connu dans votre vie jusqu'à présent ?
    Êtes-vous amoureux de votre nouvelle literie ou plutôt en instance de divorce ?

  • Face hiver & face été

    medium_Sleeping_Beauty_Polar_Bear-1600x1200.jpgRares sont les matelas qui ne s'adaptent pas au cycle des saisons en ne proposant pas une face hiver et une face été.
    Cette tradition perd, à première vue, de son intérêt dans la mesure où nos maison sont surchauffées quand on ne se laisse pas aller à installer la climatisation en été.
    Au point que fréquemment on me demande quel est l'intérêt d'investir dans un modèle qui déploie ses charmes aux manants à coup de soie, ou de laine alpaga...et autres ressources précieuses.

    En effet, plus vous montez en gamme et plus les garnissages sont épais et riches. Principalement pour accroître le confort en vous isolant du coeur du matelas, vous enveloppant de couches moelleuses.
    Maintenant, je peux vous assurer que les propriétés thermiques de certaines matières comme la laine ou le cachemire se ressentent fortement au contact de notre corps.
    La présence d'un drap housse ou d'une alèse n'y fera pas obstacle.

    Pour ce qui est du lin ou de tissus de revêtement apportant fraîcheur en été, je suis plus réservée.
    Peut être parce que de manière général, il est plus difficile de rafraîchir le corps que de le réchauffer.

    Le véritable intérêt de la face été à mon sens, c'est avant tout d'éviter de souffrir de la face hiver quand le temps ne nécessite plus son apport thermique et surtout de vous pousser à retourner votre literie.

    En effet, il faut le faire au minimum deux fois dans l'année afin d'éviter la formation d'une cuvette à force de dormir au même endroit.
    Idéalement, déplacer votre matelas 4 fois : deux fois sur chaque face et deux fois en inversant tête et pieds.

    Ainsi vous prolongerez l'utilisation de votre literie.

    Et puis, je vais vous dévoiler la fameuse astuce...

    Comment reconnaît on la face hiver d'un matelas ?

    Un code en literie permet de l'identifier auprès de toutes les marques : la face hiver c'est celle où se trouve cousue l'étiquette.

    Voilà, vous savez tout...Alors plus d'excuses pour ne pas exécuter ce geste tout simple mais indispensable ! ;)