Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sylvie Royan-Parola

  • Interview dormeur : Le réseau Morphée

    Il y a bien longtemps que nous ne nous sommes pas régalés d'une interview sur le sommeil et j'ai décidé pour cette reprise de vous plonger dans celui d'une experte en ce domaine...

    Cette année, j'ai eu la chance de voir de plus près les actions du Réseau Morphée et vous me connaissez, j'ai saisi cette occasion pour faire mon paparazzi.

    J'ai même refusé d'aller rencontrer Nathalie Portman au festival de Cannes bien consciente que ce blog n'est pas dans la veine glamour mais dans la recherche de votre bien être !

    Aussi Madame Royant-Parola, flattée que je délaisse Cannes de la sorte a accepté de jouer le jeu et nous livre les clés de sa chambre...

     

    Bonjour madame Royant-Parola, vous êtes présidente du Réseau Morphée.
    Pour commencer pourriez-vous nous présenter un peu son rôle et ses missions ?


    Sylvie Royant-Parola : Le réseau Morphée est un réseau de santé structure, financé par l’assurance maladie et des institutions.  Son objectif principal est la prise en charge des troubles du sommeil. D’une part vis-à-vis des patients à travers l’orientation vers un praticien, une information sur les maladies. Mais également des actions de prévention auprès du grand public (école, mairie…etc.).
    Le  Réseau Morphée mène également des actions vis-à-vis des professionnels de santé, en apportant des  formations sur les troubles du sommeil, mais également en leur permettant une accélération des procédures médicales ( A l’heure actuel, il faut compter 6 mois à 1 an alors qu’en passant par ce circuit il peut être raccourci à 2 mois).
    L’association existe depuis 2001 et le réseau de santé depuis 2004. Nous avons mis en place également un blog, des forums sur internet.


    Pourquoi avez-vous orienté votre travail sur le secteur du sommeil ?

    Sylvie Royant-Parola  : J’ai commencé à travailler à la fac en étant assistante en neuro-anatomie, sur la structure dans le sommeil.
    Par la suite, j’ai continué en travaillant dans une clinique du sommeil. Dans les années 1979, nous étions des pionniers en France. Les premiers centres avaient été crées entre 1970-74 et il n’y avait qu’une dizaine à l’époque. C’était assez fascinant, domaine en friche, encore inexploré dans le secteur médical. Tout était à construire, à faire. A tel point que l’assurance maladie accusait les médecins de créer de nouvelles maladies comme avec l’apnée du sommeil qui était totalement inconnue.
    Le sommeil reste un monde mystérieux que je trouvais fascinant.
    A cette même époque je lisais avec passion les ouvrages de Michel Jouvet sur ce sujet.

    On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés… Qu’en est-il de votre sommeil ?

    Lire la suite