Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bruit

  • Trop de bruit la nuit : conséquences sur le sommeil et la santé

    image4310.jpgPendant notre sommeil, les oreilles, le cerveau, et finalement notre corps tout entier, continuent de réagir aux sons qui surviennent dans notre environnement. La première conséquence en est évidemment l'altération de la qualité de notre sommeil, car on se réveille plus souvent lorsque l'on dort dans un environnement sonore élevé. Mais les nuisances nocturnes ont également une action insidieuse sur notre santé générale car elles nous fatiguent même lorsqu'elles ne nous réveillent pas !

    En effet, le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé a dévoilé hier qu'un européen sur cinq serait exposé à un niveau de pollution sonore nocture nocif (c'est à dire dépassant les 40 décibels, soit le bruit d'une rue paisible dans un quartier résidentiel, nouveau seuil fixé par l'OMS). De plus, les conséquences varient selon les individus : les enfants, qui passent plus de temps au lit, et les personnes âgées, plus sensibles aux perturbations, sont particulièrement exposées.

    Par ailleurs, le rapport expose que les bruits particulièrement nuisibles sont ceux que l'on perçoit au moment de s'endormir ainsi qu'au réveil. Les personnes habitant près des aéroports, outre les perturbations liées au niveau sonore que l'on connaissait déjà, sont donc également plus touchées que l'on le pensait, du fait de la densité du trafic aérien le matin.

    Les mesures proposées par l'OMS font état de déviations de la circulation loin des quartiers sensibles, par exemple loin des hopitaux et des écoles, et en redirigeant le trafic routier vers les zones d'activité ou les bureaux. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site de l'OMS ici.

    Pour ma part, j'ai la chance d'avoir le sommeil assez lourd pour généralement m'endormir en deux secondes, même si les voisins ont décidé de danser la samba. Mais pour d'autres ce n'est pas toujours la même histoire, alors boules quiès, déménagement du matelas dans le salon ou grog bien tassé, comment faites-vous pour dormir lorsqu'il y a trop de bruit ?

  • Chut...On dort !

    468280cc3848ed44f95fc3b34f509512.jpegL'actualité du moment dans le secteur du sommeil, c'est les répercussions du bruit sur notre sommeil et par extension notre santé.

    Il faut savoir que lorsqu'on s'endort, une simple conversation près de nous peut ralentir ce processus et nous priver de précieuses minutes de sommeil. Pire, si on loupe le coche, nous devrons attendre le prochain cycle environs une heure plus tard.

    Un peu plus tard dans la nuit, des éveils nocturnes peuvent se produire dès qu'un son atteint 55 décibels.

    Pour vous donner une idée, une discussion entre personnes civilisés (ce qui exclue forcément la scène de ménage des voisins d'à côté) génère 45 dB et le traffic rue chaussée d'Antin à Paris aux alentour de 12h44 s'avoisinera lui à 70 dB.

    Comme vous le voyez, pas besoin qu'un avion survole votre toit pour troubler votre nuit. Je devine dans la foule anonyme des lecteurs, quelques uns qui tergiversent d'un "oh moins quand je dors, rien ne me réveille !". Petits malins....

    Lorsque vous dormez, vous pouvez vous réveillez quelques brèves minutes pour vous retourner, à cause du ronflement de votre homme (non messieurs les femmes ne ronflent pas) ou parce que madame vient de vous envoyer son coude dans l'œil (non messieurs, elle ne l'a sûrement pas fait exprès, quelle idée...). Ce temps étant bien trop bref, votre esprit on ne peut plus comateux, vous n'en garderez aucune traces (du souvenir, le coude c'est une autre affaire...). Mais votre corps lui s'en souviendra.

    De même, à force d'entendre chaque soir votre voisin assassiner Santana à coup de gratte, il se peut que vous trouviez le sommeil, voire que vous vous habituez à cette berceuse un peu particulière...Ceci n'est qu'une perception, en réalité votre organisme continue d'enregistrer ces bruits et de l'assimuler à uen nuissance.

    Le bruit sera source de stress générant la production d'adrénaline et de noradrénaline...Ce qui veut dire plus concrètement que vous risquez au choix : hypertension artérielle, troubles cardiaques.

    Alors oui je me doute que vous n'avez pas tous un petit cœur fragile, mais sachez que les troubles du sommeil dû à un stress joue également sur notre système endocrinien. Ainsi votre système immunitaire en fait également les frais puisque le corps endormi se sent agressé et cherche à se défendre. Puis pour un peu que vous soyez dépressif ou de nature anxieuse, votre pathologie s'en trouvera accrue.

    Bon autant quand vous avez une mauvaise literie, je peux faire quelque chose. Autant je reconnais que contre le bruit on est assez impuissant.

    Je vous invite cependant à aller faire un tour sur ce site ou bien à vous acheter des boule quies qui ont fait leurs preuves même si pas spécialement sexy...

     

    Et chez vous, environnement plutôt silencieux ? Voisins sages ?

    Êtes vous plutôt bouchons d'oreilles ou balai contre le plafond ?

    Est-ce qu'il y a un bruit qui vous hérisse plus qu'un autre ?