Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nuit blanche

  • Vol de nuit pour pilote éreinté

    Le vol BA142 de la British Airways au départ de New Delhi s’est vu refuser le départ par son personnel aérien.
    Et pour cause son pilote a réclamé une nuit de sommeil supplémentaire pour lui et son équipe.

    En effet, ces derniers hébergés dans un grand hôtel indien n’avaient pu fermer l’œil de la nuit. Malgré ses cinq étoiles, il semble que le palace se soit montré trop bruyant pour leur apporter le repos nécessaire.medium_b7474baw.jpg

    Ainsi, l’équipe au sol a dû dans la paniquer héberger pas moins de 200 personnes pendant que l’équipage aérien comblait sa nuit blanche…

    Quand je vous dis que le sommeil c’est aussi une question de priorité… ^^

  • Le refus du sommeil

    Le 27 novembre 2006 Laurent Greilsamer publiait dans Le Monde un excellent article sous le titre Vous dormiez ? Ouvrez les yeux maintenant !

    Dans cette chronique ce journaliste nous apprenait que la mode était à l’insomnie et qu’il était tout à fait has been de passer ses nuits à léthargiser sous sa couette.

    « Leurs nuits sont faites pour vivre. Leurs nuits sont plus belles que leurs jours. Leurs nuits sont éléctriques, effervescentes, remplies de chiffres et de lettres. Pendant que vous rêvez, pendant que vous vous abandonnez paresseusement au sommeil, ils écrivent leur dernier roman à la clarté oblique de leur lampe, ils analysent sur leurs écrans les comptes de leur entreprise ou répondent à leur courrier électronique. »



    medium_sleepno.jpgEt c’est vrai que si on parle très fréquemment des troubles du sommeil et de la fatigue généralisée comme d’une plaie urbaine à l’accroissement rapide il existe une autre tendance.

    Cette tendance c’est la vie nocturne.
    C’est ces actifs qui repoussent les heures de la nuit pour se livrer à des activités plus ludiques et en terme de temps d’existence plus rentables.

    Et si je suis la première à reconnaître que le sommeil est essentiel pour notre santé, j’en éprouve fréquemment les limites.

    Non pas pour m’agiter en digne héritière de la jeunesse Orangina sur des pistes so underground mais pour passer plus de temps sur mon ordinateur.
    Pas forcément pour bloguer mais en surf divers sur le web et aussi pour écrire mon roman comme le décrit si justement Laurent Greilsamer.

    Repousser le lever du jour, la reprise du cycle salarial et l’engloutissement par le quotidien.

    Alors certes, la France a sommeil. La France aurait probablement raison de penser à changer sa literie (et soit dit en passant pas forcément chez Ikéa comme le répète la télévision actuellement…et non chers lecteurs je ne prêche pas pour mon Eglise mais par connaissance du monde de la literie) mais n’avons-nous pas simplement des vies trop riches ? Un besoin de rentabilité du temps plus grand ?

    Enfin moralité des courses à force de me coucher à 2h00, ce matin le chant du réveil n’a pas suffit à me tirer des bras de Morphée…Limite, si je n’envisage pas de demander à travailler de nuit, tiens…

    Et vous, pensez vous comme monsieur Greilsamer que La vérité éclate : le sommeil réparateur a fait son temps ?